La grande famille de tous les GAUDEL

Taintrux et son histoire

Accueil Plan d'accès

En 1315, le duc de Lorraine Ferry IV lègue à Aubert de Parroye, son écuyer, la seigneurerie de Taintrux. Le ban de Fraize est dès lors rattaché à celui de Taintrux, siège de l'administration et de la justice. Les sires de Parroye qui possédaient de longue date un château près de Lunéville, s'étaient illustrés au moment des croisades.

Le château de Taintrux construit au XIIème siècle était le chef lieu d'une seigneurerie la plus ancienne et l'une des plus riches des Vosges, comprenant les bans de Taintrux, de Laveline, du Ban-de-Sapt et de Fraize, ce dernier indivis par moitié avec les Comtes de Ribeaupierre. Il était situé sur le terrain de la commune, à l'arrière de la mairie actuelle au village de la Ville-du-Prez.

Le château fut assiégé plusieurs fois par les Bourguignons en 1470 et incendié par les Suédois lors de la guerre de trente ans. C'est à partir de cette époque que commence la décadence de cette forteresse garnie de quatre fortes tourelles disposées en carré. Cet édifice remarquable avait résisté jusqu'au début du 19ème siècle lorsqu'en 1831 il fut aux trois quarts démoli, pour ne laisser pour trace aujourd'hui qu'une écurie derrière la mairie.

Pour la petite histoire, on peut rappeler que les bonnes gens de Taintrux ne manquaient pas de conter une légende selon laquelle, si la construction du château avait résisté pendant des siècles, c'est que le mortier qui liait les murailles avait été brassé avec du lait de vache dont les manants étaient tenus d'apporter une traite sur deux au seigneur. Histoire invraisemblable qui s'inspire de la condition misérable des paysans aux temps féodaux.

Les seigneurs de Taintrux avaient le droit de haute et basse justice, et l'on désigne encore sous le nom de Gibet ou Colabry, la colline où devaient se faire les exécutions.

Pas plus que leurs successeurs, les comtes de Parroye n'habitaient le château ; c'était la demeure d'un intendant administrateur des biens du seigneur.

Les Bayer de Boppart remplacent les comtes de Parroye à la fin du XIVème siècle et c'est à la fin du XVIème siècle qu'une demoiselle Bayer de Boppart, ayant épousé Christophe de Créhanges, lui apporta en dot les seigneuries des bans de Taintrux et de Fraize.

On peut croire que cette seigneurie ne fut pour leurs descendants d'aucun attachement sentimental car, en 1672, ils la mirent en vente "à la criée". Un "nouveau riche" de cette époque, Pierre de Cogney, en fit l'acquisition.

François Ernest, qui hérite de son père Pierre de Cogney, fut gentilhomme ordinaire du duc de Lorraine Léopold, capitaine de cuirassiers, au service de l'empereur d'Allemagne. Il fut inhumé à Taintrux le 02 février 1729 dans le choeur de l'église.

La soeur de François Ernest hérita de ses biens, et son époux, Jacques Régnier devint seigneur de Taintrux et de Fraize. Leur fille Elisabeth Thérèse apporta son héritage à son mari, messire Jean Baptiste de Clinchamp d'Aubigny, et c'est au décès de ce couple sans postérité que leurs biens revinrent à une de leurs nièces mariée à Louis Joseph de Bazelaire de Lesseux.

Ainsi s'explique l'origine des vastes forêts que possède la famille de Lesseux dans les communes du Valtin et de Plainfaing!

A chaque guerre, Taintrux a été envahi et a subi l'occupation des vainqueurs. En 1870, les uhlans occupent Taintrux après les sanglantes batailles de Nompatelize, Saint Rémy et du haut du bois.

En 1914, Taintrux que les allemands appelaient "le trou de la mort" fut occupé dès les premiers jours de la guerre et les bombardements n'épargnèrent aucun hameau. Les occupants étaient des Bavarois très brutaux et sans scrupules. 70 enfants de la commune morts pour la France , 309 maisons détruites, tel fut le bilan de cette guerre.

En 1940 ce fut de nouveau l'occupation pendant plus de quatre ans. 30 000 obus tombèrent sur le territoire de la commune au cours des combats de la libération.

Blason du Taintrux contemporain créé en 2001 par Bernard Deforche.

Entourant la croix de Saint Georges, patron de Taintrux, on retrouve notamment le château, les armes de Pierre de Cogney et de son épouse. Les décorations rappellent la médaille militaire et la croix de guerre remises à la commune en 1921 et 1948

Pierre de Cogney seigneur de Taintrux épousa Elisabeth Reboursel fille de Jean Reboursel et Christine de Danemark et mourut en juillet 1694. Pierre descendait de Claude Cogney, de Châtel sur Moselle, annobli par Charles III duc de Lorraine en 1575.
Ruines du château en 1831 ; aujourd'hui il ne subsiste qu'une écurie !
Le château imaginé d'après les ruines de 1831 et descriptions d'archives.

Haut de page